Butin Japan Expo 2016 : Chronoctis Express n°1

Chronoctis Express

Par Aerinn
Paru en Juin 2016
8,15€
Pour lire ou acheter ce fanzine : http://www.chronoctis-express.com/

Le teaser réalisé pour la campagne de financement participatif ne m’avait pas entièrement convaincue mais cette histoire est très prenante. C’est donc une bonne surprise. Étant publié hors des circuits dominants, Chronoctis Express se distingue des mangas du marché en s’affranchissent des genres codifiés (même si Aerinn définit son histoire comme étant du genre « shonen psychologique »).

Dans cette BD, on suit Alex, un jeune garçon craintif et résigné. Un jour, la fille qu’il aime meurt et dans ce monde SF, cela signifie qu’un Nexros vient lui apporter un billet de train qui l’amènera dans le monde des morts. N’appréciant pas trop l’idée d’être séparé d’elle, le héros va dépasser ses peurs (du moins, il va essayer) et se mettre dans des situations difficiles.

Nous sommes donc face à une œuvre qui est plus proche de l’auto-édition (ou édition indépendante, selon les termes d’Aerinn) que du fanzine. Pas grave ! Déjà parce que c’est bien dans l’espace fanzine (ou « amateur ») de Japan Expo que j’ai trouvé Chronoctis Express, ensuite parce que c’est bon exemple d’une évolution du fanzinat manga qui se réapproprie les codes contraignants en vigueur au Japon. En France, le « manga français » n’est pas vraiment un marché (comme au Japon) et la segmentation des publics (shonen = jeunes garçons, shojo = jeunes filles, seinen = homme adulte de tel âge à tel âge, etc) n’a pas cours. Une certaine créativité peut donc s’exprimer. Il faut cependant reconnaître que pour l’instant, on est encore dans la copie des maîtres et que les fans français de mangas (en général, il y a des exceptions) ne profitent pas de leur liberté. Ici, bien que l’ambiance soit effectivement celle d’un shonen, on échappe aux exigences d’éditeurs japonais (qui appliquent les mêmes recettes à toutes ses BD) et qui rendent l’action prévisible. Tout ça pour dire que Chronoctis Express a bel et bien sa place dans ma collection de fanzines, mais aussi que j’achèterai la suite.

Un fanzine que j’amènerai sans doute dans les espaces lecture de l’année à venir !