Mageek n°1 (Mars 2014)

 width=

L’ambition est claire : faire un MAGAZINE féminin pour geek. Le fanzine sert ici à tester l’accueil que ce public très ciblé fait à un tel produit. Forcément, je suis déstabilisée : je ne lis pas de la même manière une revue pro (j’en attends de la rigueur, notamment dans la démarche journalistique) et une publication amateur (où l’inventivité, la sincérité et la spontanéité me charme). Par exemple, il m’a été difficile de prendre au sérieux l’analyse du sondage réalisée sur la relation du geek aux femmes… Mais peut-être est-ce dû au thème même de l’article… Je dois bien avouer que le titre, le slogan et les photos de couverture m’ont fait penser qu’il s’agissait d’une PARODIE de magazine féminin à la sauce Geek… Bah non.

Donc je résume : nous avons un doute sur le statut de ce magazine/fanzine (je n’aime pas l’appellation Prozine) et une catégorisation dans la presse féminine avec laquelle j’ai très peu d’affinité. Cela veut-il dire que Mageek a été une lecture désagréable ? Non. Déjà parce que l’objet est bien fait (photos, maquette) et ayant des connaissances sur les univers fictionnels évoqués, la complicité naît tout naturellement entre la lectrice et la revue. Et comme il s’agit encore d’un fanzine, les rubriques shopping ou conseils sont (encore) faites de façon indépendantes (on le voit notamment par le fait qu’il ne s’agisse pas de nouveautés). C’est ça le plus appréciable. Espérons pour cette équipe que quelque soit la voie qu’ils prendront, ils sauront garder cette sincérité.